Saint Nicolas de Myre, patron de la Lorraine.

23 mars 2008

ALBUMS DE TIMBRES ETRANGERS

Les timbres de saint Nicolas dans le monde se trouvent dans les albums. Pour l'instant je n'ai pas fini.

Chaque album est consacré à la philathélie nicolaïenne d'un pays, si vous connaissez d'autres timbres faites-le moi savoir, je vous en remercie.

Et pour tout renseignement, n'hésitez pas à me contacter.

(Les timbres français se trouvent dans la catégorie TIMBRES FRANCAIS.)

Posté par Philippe R à 17:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


01 octobre 2007

Pour les enfants

SAINT NICOLAS raconté à mes petits-enfants, Pierre-Marie Marquet. Connaissance et Renaissance de la Basilique de Saint-Nicolas-de-Port. 2005.

La légende de Saint Nicolas, Robert Giraud et Freddy Dermidjian. Album du père Castor. 2002.

Trois petits enfants, Jacques Michel et Pierre Joubert. Editions Alsatia, Paris-Colmar.  Livre  ancien.

SAINT NICOLAS,  Henri Ghéon et  Elisabeth Ivanovsky. Editions Desclée, de Brouwer et Cie.  1936.

NICOLAS, un prénom, un saint. Editions Fleurus. 1987.

Trois légendes de saint Nicolas. Jos. Desmet. Editions de l'A.B.C. Louvain. 1936.

Posté par Philippe R à 09:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 septembre 2007

Quelques livres.

SAINT NICOLAS, l’histoire et le culte. Gerardo Cioffari, Marcel Thiriet, Jules Laroche. Edition (en français) du Centro Studi Nicolaiani de Bari. 1996.

SAINT NICOLAS, sa vie, son rayonnement. Biographie. Claude Kevers-Pascalis et Marcel Thiriet. Edition Connaissance et Renaissance de la Basilique de Saint-Nicolas-de-Port. 2007.

SAINT NICOLAS, légende ou histoire. Claude Kevers-Pascalis. Editions Serpenoise. 2002.

SAINT NICOLAS, évêque de Myre. Abbé Marin. Edition Victor Lecoffre. 1916.

SAINT-NICOLAS-DE-PORT, la grande église et le pèlerinage. Pierre Marot. Les guides du pays Lorrain. 1963.

SAINT NICOLAS, Jeanne Ancelet-Hustache. Edition Mame. 1959.

SAINT NICOLAS des Lorrains, catalogue de l'exposition préfigurative du Musée de l'Image à Epinal. 1996.

La basilique de Saint-Nicolas-de-Port, ouvrage collectif tant pour le texte que pour les illustrations. Connaissance et Renaissance de la Basilique de Saint-Nicolas-de-Port. 1979.

Miracle de saint Nicolas et d'un Juif,  (miracle  dramatique médiéval). Edité par Omer Jodogne chez DROZ. 1982.

La vie de Mon signeur Seint Nicholas le benoit Confessor, Wauchier de Denain. Hagiographie médiévale. Edition Droz. 1999.

SAINT NICOLAS, Claude Kevers-Pascalis, Marcel THIRIET, Henri Claude. Edition Klopp.

Saint-Nicolas-de-Port en Lorraine, Abbé Edouard Girardin. Les grands pèlerinages, Editions Letouzey et Ané. 1928.

SAINT NICOLAS, Auguste Marguillier. L'art et les saints, éditeur Henri Laurens. Livre ancien.

Le pouvoir de saint Nicolas de Myre, d'après les archives paroissiales de l'église du saint à Marseille, Achimandrite Polycarpe Kayata. Imprimerie Ant.Ged. Marseille. 1924.


Posté par Philippe R à 20:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 septembre 2007

Actuellement, neuf timbres français concernent saint Nicolas.

1. La TOUR SAINT-NICOLAS du port de La Rochelle.

Timbre émis le 18 juillet 1929. (Yvert n° 261,  plusieurs types).tour_saint_nicolas

    Ce timbre représente le port de La Rochelle, préfecture de la Charente-Maritime, connue pour avoir été une célèbre forteresse des Huguenots, enlevée en 1628 par le cardinal de Richelieu après un long siège. Sur ce timbre nous voyons  la tour de la "Chaîne" à gauche, et la tour "Saint-Nicolas" à droite. elles font parties d'un dispositif de sécurité unique : une chaîne de fer très robuste était tendue à la tombée de la nuit entre les deux tours, empêchant l'arrivée et le départ des navires durant la nuit. La tour Saint-Nicolas est à elle seule une véritable forteresse. Placée sous le vocable du patron des navigateurs, elle a été édifiée au 14ième siècle sur un plan pentagonal.
     Il est à noter qu'en 1571 se déroula à La Rochelle, acquise à la Réforme, un important synode ; on y rédigea  un "credo" protestant : le "Symbole de La Rochelle", destiné à remplacer le "Symbole de Nicée". "Symbole de Nicée" écrit au concile de Nicée en 325 en présence de saint Nicolas !

2. La CHAPELLE SAINT-NICOLAS du pont d'Avignon.

Timbre émis le 20 juin 1938. (Yvert n° 391).

    Outre le palais des papes, nous pouvons découvrir à gauche de ce timbre, le célèbre pont d’Avignon dontpont_avignon la chapelle du 13ième siècle est dédiée à saint Nicolas. Ce pont n’a pas eu les honneurs de la philatélie pour lui-même.


3. IMAGE D'EPINAL : SAINT NICOLAS.

Timbre émis le 23 juin 1951. (Yvert n° 904).

Ce timbre a été émis à l'occasion de l'inauguration du musée de l'image d'Epinal. Ce timbre reproduit unesaint_nicolas_1951 belle gravure de l’imagier d’Epinal Jean-claude DIDIER (1734-1772) qui représente saint Nicolas et les trois enfants miraculés. Un cadre à motifs floraux entoure la scène, au fond, un portique avec tentures et deux petits anges en haut, l’auréole couronne la tête du saint, voisin du baquet la hache et le couteau de l’hôte assassin.






4. La COLLEGIALE SAINT-NICOLAS d'Avesnes-sur-Helpe (Nord).

Timbre émis le 14 novembre 1959.

    En Artois, au voisinage de la frontière belge, la cité d'Avesnes-sur-Helpe est connue pour deux raisons :coll_giale_stN_avesnes pour le traité des Pyrénées en 1659, par lequel les trritoires de l'Artois et du Roussillon appartenant précédemment à l'Espagne reviennent à la France, et pour le plus beau monument de la ville : l'église Saint-Nicolas érigée en collégiale par Louise D'Albret en 1534 et qui possède un clocher-porche dont l'altière silhouette se termine par un bulbe culminant à 60 mètres d'altitude. Le timbre reproduit la collégiale de style gothique.   

5. Eglise SAINT-NICOLAS de TOLENTINO de Brou (Ain).

    Timbre émis le 15 février 1969.

    Ce timbre ne concerne pas saint Nicolas de Myre. Il s'agit de l'église de Brou, dans l'ain, dédiée à saintbrou Nicolas de Tolentino. Cette église, où le gothique flamboyant est pénétré par l'art de la renaissance, fut construite au début du 16ième siècle par Marguerite d'Autriche, fille de l'empereur Maximilien et petite fille de Charles le Téméraire. Nous comprenons qu'avec un tel grand père, vaincu par René II et mort à Nancy en 1477, elle n'ait pas dédié l'église à saint Nicolas de Myre ! En effet, après cette bataille de Nancy, saint Nicolas de Myre fut choisi par René II comme saint Patron de la Lorraine. L'église de Brou fut consacrée à saint Nicolas de Tolentino car sa fête tombait le jour de la mort de Philibert de Savoie, époux de Marguerite.
    Dans une série au profit de la Croix-Rouge Française, deux autres timbres au sujet de cette église de Brou ont été émis le 22 novembre 1976. Ils représentent deux des chefs d'oeuvre qu'elle renferme, l'un sainte Barbe et l'autre une sibylle cimmérienne.


6. Basilique SAINT-NICOLAS de Saint-Nicolas-de-Port (Meurthe et Moselle).

Timbre émis le 12 octobre 1974.

    Ce timbre reproduit sur le côté droit la façade principale de la basilique et sur le côté gauche la statue en pierre dubasilique_st_NdP portail du 16ième siècle figurant saint Nicolas avec à ses pieds les trois enfants dans le baquet. Cette statue, au visage très doux,  a sans doute été réalisée entre 1520 et 1544.  Elle se rattache  à l'école champenoise. Le sculpteur en reste inconnu. On a pensé à Ligier Richier ou à son frère Claude. L'auteur de cette oeuvre est parvenu à lui donner cette vie silencieuse qui anime les chefs-d'oeuvre.



7. Orgue de l’église Saint-Nicolas de Wasquehal (Nord).

Timbre émis le 24 juin 1991.

Inauguré en 1989, cet orgue de style baroque allemand du XVIIIième siècle est le seul instrument de cette qualité auorgue_Wasquehal nord de Paris. Trois tonnes d’étain et de plomb, cinquante mètres cube de bois de chêne et d’épicéa et cent peaux de mouton tannées ont été utilisés pour sa construction dans l’église Saint-Nicolas. Il a remplacé le vieil orgue de 1851 dont les tuyaux ont été pillés par les allemands lors de la première guerre mondiale.

L’édifice religieux de Wasquehal succède à deux églises en ce lieu, la première construite en 1252 a été détruite en 1482, la deuxième élevée en 1511 a été démolie en 1877 pour faire place à cette église pseudo-gothique Saint-Nicolas consacrée le 7 juillet 1901.



8. Image de saint Nicolas.

Timbre émis le 27 novembre 1993.

    Emis le premier jour à Metz, ce timbre reproduit un magnifique  saint Nicolas du graveur nancéien  J-B  Thiébault attribué àsaint_nicolas_1993 tort à l'imagier messin Dembour. Les bois d'imagerie étaient fréquemment rachetés et réutilisés, après enlèvement de la signature originale, par d'autres éditeurs ou graveurs. La notion de propriété artistique était inconnue de ces artistes.




9. Fresque romane de l'église Saint-Nicolas de Tavant (Indre et Loire).

Timbre émis le 3 mars 1997.

    L'église romane de Tavant est construite en tuffeau. Elle renferme des fresques romanes longtemps tombées dans l'oubli.Tavant En 1938 le grand historien de l'art Henri Focillon s'enthousiasme pour cet "art qui respire la poésie de l'esquisse et l'ardeur du mouvement. Les figures elles-mêmes tressaillent d'une vie intense, accrue par la brièveté de la touche". Le timbre représente l'une des scènes d'un chapiteau de la crypte. Deux hommes en marche symboliseraient les saisons pour les uns, et Abel et Caïn pour les autres. On ne sait qui les a peints ni quand. Dans l'église elle-même, les fresques remontent au début du XIIième siècle, mais celles de la crypte sont certainement antérieures. Leur style les rattache aux mniatures carolingiennes.

Posté par Philippe R à 10:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 septembre 2007

Statistiques concernant les timbres évoquant saint Nicolas.


(Santa Claus et père Noël exclus)


 

Monument ou lieu « Saint-Nicolas » ou saint Nicolas qui apparaît parmi d’autres éléments mais qui n’est pas le sujet du timbre : 45,35 % (83 timbres)

Allemagne 1940 on voit l’église Saint-Nicolas d’Eupen.
Allemagne 1953 on voit l’église Saint-Nicolas de Francfort.
Allemagne 1969 on voit l’église Saint-Nicolas de Potsdam.
Allemagne 1946 église Saint-Nicolas de Leipzig (Deux types).
Allemagne 1946 église Saint-Nicolas de Liepzig (Deux types). Donc quatre en 1946.
Belgique 1929 Gand, on aperçoit l’église Saint-Nicolas.
Belgique 1931 Eupen, on aperçoit le portail de l’église Saint-Nicolas.
Belgique 1932 Eupen, on aperçoit le portail de l’église Saint-Nicolas.
Belgique 1948 Gand, on aperçoit l’église Saint-Nicolas, (même timbre en feuillet).
Belgique 1955 Gand, on aperçoit l’église Saint-Nicolas.
Belgique 1971 Gand, on aperçoit l’église Saint-Nicolas.
Belgique 1979 Ciney, on aperçoit l’église Saint-Nicolas.
Bulgarie 1988 Prague, on aperçoit l’église Saint-Nicolas.
Cuba 1988 église Saint-Nicolas de Prague (timbre de Mucha).
Finlande 1942 on aperçoit l’église Saint-Nicolas d’Helsinki.
Finlande 1950 on aperçoit l’église Saint-Nicolas d’Helsinki.
Finlande 1955 on aperçoit l’église Saint-Nicolas d’Helsinki.
Finlande 1955 on aperçoit l’église Saint-Nicolas d’Helsinki.
Finlande 1958 on aperçoit l’église Saint-Nicolas d’Helsinki.
Finlande 1961 on aperçoit l’église Saint-Nicolas d’Helsinki.
Finlande 1963 on aperçoit l’église Saint-Nicolas d’Helsinki.
Finlande 1973 on aperçoit l’église Saint-Nicolas d’Helsinki.
Finlande 1974 on aperçoit l’église Saint-Nicolas d’Helsinki.
Finlande 1976 on aperçoit l’église Saint-Nicolas d’Helsinki.
France 1929 on voit la tour Saint-Nicolas de La Rochelle.
France 1938 chapelle Saint-Nicolas sur le pont d’Avignon.
Grèce 1988 le port de Saint-Nicolas « Haghios Nikolaos ».
Ile Christmas 1970 Vierge à l’enfant avec saint Jean-Baptiste et saint Nicolas.
Ile de Man 1996 on voit la chapelle Saint-Nicolas du pont d’Avignon.
Italie 1950 on voit la basilique Saint-Nicolas de Bari parmi d’autres (Deux valeurs).
Italie 1949 caravelle de Bari qui reçoit la statue de saint Nicolas.
Italie 1950 basilique Saint-Nicolas de Bari et caravelle qui reçoit la statue de saint Nicolas.
Italie 1951 caravelle de Bari qui reçoit la statue de saint Nicolas.
Italie 1952 caravelle de Bari qui reçoit la statue de saint Nicolas.
Italie 2006 la Pouille, on voit la basilique Saint-Nicolas de Bari.
Lettonie 2003 on voit l’église Saint-Nicolas d’Helsinki.
Lituanie Centrale1921 on aperçoit l’église Saint-Nicolas de Vilna.
Lituanie 1940 on aperçoit l’église Saint-Nicolas de Vilna (Plus block).
Malte 1976 peinture « la Vierge et l’Enfant avec les Saints » (dont saint Nicolas).
Monaco 1939 à 1957 cathédrale (Douze types).
Monaco 1978 cathédrale.
Monaco Europa cathédrale.
Monaco 1982 vitrail de la cathédrale.
Monaco 1987 cathédrale.
Monaco Europa1981 cathédrale.
Monaco 2004 cathédrale.
Monaco 1974 café Saint-Nicolas sur tableau de Sisley.
Monaco saint Nicolas de Bréa sur série des souverains.
République Centrafricaine 1972 Vierge à l’enfant avec saint Jean-Baptiste et saint Nicolas.
République Togolaise 1984 Vierge à l’enfant avec saint Jean-Baptiste et saint Nicolas.
République Tchèque 2007 l’église Saint-Nicolas de Malà Strana à Prague.
Serbie 1941 on aperçoit l’église Saint-Nicolas de Lubiana (Trois types).
Tchécoslovaquie 1918-19-20 Prague on aperçoit l’église Saint-Nicolas (Divers types).
Tchécoslovaquie 1938 indépendance, on aperçoit l’église St-Nicolas (Deux types et feuillet).
Tchécoslovaquie 1948 Prague on aperçoit l’église Saint-Nicolas.
Tchécoslovaquie 1950 Prague on aperçoit l’autre église Saint-Nicolas.
Tchécoslovaquie 1950 Prague on aperçoit l’église Saint-Nicolas.
Tchécoslovaquie 1953 Prague on aperçoit l’église Saint-Nicolas.
Tchécoslovaquie 1959 Prague on aperçoit l’église Saint-Nicolas.
Tchécoslovaquie 1955 Prague on aperçoit l’église Saint-Nicolas.
Tchécoslovaquie 1955 Prague on aperçoit l’église Saint-Nicolas (Deux types).
Tchécoslovaquie 1955 Prague on aperçoit l’église Saint-Nicolas (Deux types).
Tchécoslovaquie 1955 Prague on aperçoit l’église Saint-Nicolas (feuillet).
Tchécoslovaquie 1961 Prague on aperçoit l’église Saint-Nicolas.
Tchécoslovaquie 1961 Prague on aperçoit l’église Saint-Nicolas.
Tchécoslovaquie 1961 Prague on aperçoit l’église Saint-Nicolas.
Tchécoslovaquie 1964 Prague on aperçoit l’église Saint-Nicolas (Feuillet).
Tchécoslovaquie 1967 Prague on aperçoit l’église Saint-Nicolas.
Tchécoslovaquie 1968 Prague on aperçoit l’église Saint-Nicolas.
Tchécoslovaquie 1978 Prague on aperçoit l’église Saint-Nicolas.
Tchécoslovaquie 1988 Prague on aperçoit l’église Saint-Nicolas (Plus dans feuillet).
Tchécoslovaquie 1988 Prague on aperçoit l’église Saint-Nicolas (Feuillet).
Trieste 1950 on voit la basilique Saint-Nicolas de Bari parmi d’autres (Deux valeurs).
Trieste 1949 caravelle de Bari qui reçoit la statue de saint Nicolas.
Trieste 1950 basilique Saint-Nicolas de Bari et caravelle qui reçoit la statue de saint Nicolas.
Trieste 1951 caravelle de Bari qui reçoit la statue de saint Nicolas.
Trieste 1952 caravelle de Bari qui reçoit la statue de saint Nicolas.
Vatican 1976 Madone en gloire avec l’enfant et ses saints (dont saint Nicolas).
Yougoslavie 1937 on aperçoit l’église Saint-Nicolas de Lubiana (Deux types).
Yougoslavie 1940 on aperçoit l’église Saint-Nicolas de Lubiana (Croix de Lorraine).
Yougoslavie 1954 on aperçoit l’église Saint-Nicolas de Lubiana.
Yougoslavie 1966 on aperçoit le fort Saint-Nicolas de Sebenico.
Wallis et Futuna 1997 on voit la chapelle Saint-Nicolas du pont d’Avignon.

 

Effigie de saint Nicolas : 21,31 % (39 timbres)

Autriche 1983 en faveur de la jeunesse.
Bahamas 1981 saint Nicolas hollandais.
Belgique 1969 U.N.I.C.E.F..
Belgique 1977 à Sint Niklaas, statue de saint Nicolas.
Belgique 2003 saint Nicolas.
Berlin 1984 Noël.
Bulgarie 1977 fresque (et dans église Saint-Nicolas).
Bulgarie 1977 fresque.
Canada 1991 saint Nicolas.
Canada 1993 saint Nicolas polonais.
Chypre 1996 saint Nicolas sur une icône.
France 1951 image de saint Nicolas.
France 1993 image de saint Nicolas.
Gibraltar 2006 saint Nicolas.
Gibraltar 2006 saint Nicolas.
Gibraltar 2006 saint Nicolas.
Gibraltar 2006 saint Nicolas.
Gibraltar 2006 saint Nicolas. (Cinq différents).
Guernesey 1985 saint Nicolas.
Hollande 1961 sinterklaas à cheval.
Liechtenstein 1953 tableau.
Liechtenstein 1967 saint patron de Balzers.
Liechtenstein 1981 saint Nicolas.
Liechtenstein 1990 saint Nicolas. 
Luxembourg 1980 peinture.
Luxembourg 2001 saint Nicolas en rollers.
Malte 1976 peinture, extrait.
Monaco 1951 vitrail.
Monaco 1968 tableau de Bréa.
Monaco 1996 tableau de Bréa.
Monaco 2000 retable de Bréa.
République Tchèque 2002 saint Nicolas.
Roumanie 1969 fresque.
Russie 1993 icône de saint Nicolas.
Suède 1976 miniature.
Suède 1993 icône de saint Nicolas.
Turquie 1955 église de saint Nicolas à Myre (Demre) et silhouette de saint Nicolas.
Ukraine 2001 ? saint Nicolas.
Ukraine 2006 saint Nicolas. 

 
Monument ou lieu « Saint-Nicolas », vie ou miracle de saint Nicolas sujet principal du timbre : 18,03 % (33  timbres)

 
Allemagne 1986 église Saint-Nicolas de Berlin.
Allemagne 1990 église Saint-Nicolas de Liepzig.
Belgique 1973 église Saint-Nicolas d’Eupen.
Belgique 1980 pont Saint-Nicolas à Chiny.
Berlin 1989 église Saint-Nicolas de Berlin-Spandau.
Chypre 1928 Famagouste l’ancienne église Saint-Nicolas, mosquée El Pacha.
Chypre 1966 Famagouste portail de l’ancienne église Saint-Nicolas, mosquée El Pacha.
Chypre 1987 église Saint-Nicolas de Steyis.
Danemark 1936 église Saint-Nicolas de Copenhague (Deux types).
Finlande 1932 église Saint-Nicolas d’Helsinki.
France 1959 église Saint-Nicolas d’Avesnes sur Helpe.
France 1974 basilique de Saint Nicolas de Port et statue de saint Nicolas.
Grèce 1971 monastère Saint-Nicolas de Kaltezon.
Italie 1989 crypte de la basilique Saint-Nicolas de Bari.
Malte 1997 statue de saint Nicolas à Siggiewi.
Moldavie 2005 église Saint-Nicolas de Curchi.
Moldavie 2005 église Saint-Nicolas.
Monaco 1939 à 1959 place Saint-Nicolas et statue (Quatorze types).
Monaco 1968 ancienne église Saint-Nicolas.
Monaco 1984 place Saint-Nicolas et statue.
Monaco 1989 place Saint-Nicolas et statue.
Mozambique 1988 église Saint-Nicolas d’Helsinki.
République Dominicaine 1950 église Saint Nicolas de Bari à San Domingo.
République Dominicaine 1990 église Saint Nicolas de Bari à San Domingo (dessin d’enfant).
Roumanie 1906 consécration de l’église Saint-Nicolas de Jasi.
Roumanie 1941 vue de l’église Saint-Nicolas de Suceava.
Russie 2003 temple Saint-Nicolas.
Suède 1935 église Saint-Nicolas de Stockholm.
Tchécoslovaquie 1931 église Saint-Nicolas de Prague.
Vatican 1983 saint Nicolas calme la tempête.
Vatican 1987 translation du corps de saint Nicolas.
Vatican 1987 saint Nicolas dote les jeunes filles.
Vatican 1987 saint Nicolas apaise la tempête.                                                                                    

 Quelque chose dans un lieu « Saint-Nicolas » : 9,28 % (17 timbres)

Argentine 1961 bataille navale de San Nicolas.
Argentine 1987 accord de San Nicolas.
Autriche 1948 « douce nuit ».
Autriche 1968 « douce nuit ».
Cap vert 1948 baie de Ribiera Brava chef lieu de l’île Sao Nicolau.
Cap vert 1988 église Notre Dame du Rosaire sur l’île Sao Nicolau. 
Chypre 1986 fresque de l’église Saint-Nicolas de Steyis.
France 1991 orgue de l’église Saint-Nicolas de Wasquehal.
France 1997 fresque de l’église Saint-Nicolas de Tavant.
Grèce 1981 clocher de l’église Saint-Nicolas de Pyrgos.
Grèce 1981 iconostase de l’église Saint-Nicolas de Velvendos.
Grèce 1981 porte de l’église Saint-Nicolas de Makrynitsa.
Grèce 1988 clocher de l’église Saint-Nicolas de Kozani.
Lituanie Centrale 1921 on aperçoit les clochers de l’église Saint-Nicolas de Vilna.
Nations Unies 1981 fresque de l’église Saint-Nicolas de Boyana (Bulgarie).
Suède 1952 chaire dans l’église Saint-Nicolas de Stockholm (Deux types).
Suède 1962 sculpture dans l’église Saint-Nicolas de Stockholm. 

  

La fête de « la Saint-Nicolas » où saint Nicolas n’est pas représenté. Ce sont souvent des timbres au profit de la jeunesse : 2,73 %  (5 timbres)

 
Autriche 1949 écrit St. Nikolaus.
Luxembourg 1955 écrit la St-Nicolas (Deux types).
Suisse 1984 Klausjagerdorf.
Suisse 2005 la Saint-Nicolas (Crosse et mitre).
Suisse 2005 la Saint-Nicolas (Grittibänz).   

 

Blason de ville : 2,18 % (4 timbres)

Autriche 1981 St Nikola an der donau.
Belgique 1947 Sint Niklaas.
Cap vert 1961 blason de Ribiera Brava avec saint Nicolas.
Suisse 1930 Fribourg.

 
 


Evénement le 6 décembre : 1,09 % (2 timbres)

Monténégro 1905 constitution du roi Nicola Petrovič le 6 décembre 1905.
Monténégro 1906 constitution du roi Nicola Petrovič le 6 décembre 1905.

Soit 183 timbres.

 

Posté par Philippe R à 20:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 septembre 2007

Statistiques philatélo-nicolaïennes.

On m’interroge souvent sur les timbres concernant saint Nicolas. Je veux répondre ici aux questions les plus fréquentes.

Lieu d'émission des timbres

A ce jour, je répertorie cent quatre vingt trois timbres pour quarante huit pays qui se répartissent ainsi sur les cinq continents :

- 35 pays européens,

- 4 pays africains,

- 3 îles dans les Antilles,

- 2 îles autour de l’Australie,

- 1 pays sud-américain,

- 1 pays nord-américain,

- 1 pays en Asie mineure,

- 1 pour les Nations Unies.

De 1929 à 1997, la France a émis huit beaux timbres qui concernent de près ou de loin saint Nicolas.

La Tchécoslovaquie en a émis soixante-six, mais ils représentent tous Prague dans laquelle on distingue l’une ou l’autre des églises Saint-Nicolas de cette ville. En revanche la jeune République Tchèque a déjà produit un timbre à l’effigie de saint Nicolas en 2002 et un autre de l’église baroque Saint-Nicolas de Malà Strana à Prague en 2007. 

Répartition des thèmes

45,35 % des timbres représentent un lieu ou un monument « Saint-Nicolas », ou bien saint Nicolas lui-même, mais parmi d’autres éléments. Saint Nicolas n’est donc pas le thème principal du timbre. (Ex. France 1938 : la chapelle Saint-Nicolas sur le pont d’Avignon sur le timbre dont le sujet principal est le palais des Papes.)

21,31 % des timbres sont à l’effigie de saint Nicolas. C’est le sujet principal sur le timbre. (Ex. France 1951 : saint Nicolas sur une image d’Epinal, le thème est l’imagerie, bien sûr, mais seul est représenté saint Nicolas sur le timbre.)  

18,03 % des timbres reproduisent un monument ou un lieu « Saint-Nicolas », ou bien un miracle du saint. C’est le sujet principal du timbre. (Ex. France 1974 : la basilique Saint-Nicolas de Saint-Nicolas-de-Port.)

9,28 % des timbres exposent, en sujet principal, quelque chose qui se trouve dans un lieu saint Nicolas. (Ex. France 1997 : fresque de l’église Saint-Nicolas de Tavant.) 

2,73 % des timbres évoquent la « Saint-Nicolas », la fête du 6 décembre, en sujet principal. (Ex. Suisse 2005 : la Saint-Nicolas, le timbre reproduit une crosse et une mitre.)

2,18 % des timbres sont des blasons de villes dont saint Nicolas est le patron. Saint Nicolas apparaît ou est suggéré par ses attributs épiscopaux. (Ex. Cap vert 1961 : blason de Ribiera Brava avec saint Nicolas.) 

1,09 % des timbres rappellent un événement qui s’est déroulé un 6 décembre, jour de la fête de saint Nicolas. (Ex. Monténégro 1905 : constitution du roi Nicola Petrovič le 6 décembre 1905.)

Posté par Philippe R à 13:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 septembre 2007

Bienvenue sur ce blog !

    Je m'appelle Philippe et je souhaite vous faire connaitre saint Nicolas de Myre et vous faire partager ma passion pour le saint Patron de la Lorraine !

Toutes les rubriques sont à suivre ...

Posté par Philippe R à 22:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]